Présentation du site et accès à toutes les rubriques. La conception de l'enfant et tout ce qui s'y rapporte. L'évolution de la grossesse L'accouchement : quand ? Comment ? L'allaitement : maternel ou artificiel ? Pages sur la contraception : utile après la grossesse ! Pages sur la prévention en général. Le forum un espace de convivialité pour parler aussi bien de l'attente de bébé que de sa présence. Pages spécifiques sur les sponsors, l'auteur, les copyright et les liens.
Bébé arrive !
 
 -Maternité
 -Arrivée en maternité
 -Le travail
 -L'expulsion
 -Le bébé et la délivrance
 -Les actes médicaux
 -Déclenchement
 -La césarienne
 -La douleur
 -Les suites de couches
 

Mailez-moi pour tout commentaire ou suggestion.

 Quelques façons d'apprendre à mieux gérer la douleur

 Page mise à jour le 01-12-2002

 

Ce que la plupart des femmes appréhendent lors de l'accouchement est la douleur. Je ne peux malheureusement pas vous dire qu'il y a une solution miracle pour ne rien ressentir lors d'un accouchement, ce serait mentir.

Il existe bien sûr la péridurale, qui permet de vivre son accouchement sans sentir les grosses douleurs des contractions mais avant que celle-ci ne soit posée, vous aurez le temps de connaître les premières contractions de travail. Afin de mieux les gérer il existe certains petits "trucs" énumérés plus bas.

Pour toutes celles qui aimeraient vivre leur accouchement sans la péridurale, ces "petits trucs" pourront vous aider à apprivoiser la douleur des contractions et à accompagner votre bébé dans son chemin vers la sortie tout le long du travail.

Il faut savoir que chaque femme est différente, chacune gérera sa douleur à sa manière. Pour toutes, ces "petits trucs" vous aideront, chez vous, à gérer les premières contractions en attendant d'aller à la maternité.

Il faut savoir que la meilleur façon de gérer les contractions est de se détendre, ce qui parait totalement paradoxale lorsque l'on sait que la première réaction à la douleur est de se crisper.

Accepter la douleur de l'accouchement est déjà un grand pas vers cette "détente", savoir que l'on va avoir mal mais reconnaître que cette douleur est là pour vous aider à accompagner votre bébé vers le grand jour, pour vous montrer comment l'aider à trouver son chemin. Elle vous guidera dans vos mouvements, vos positions...

 

Les "petits trucs" pour aider à gérer ses contractions :

 

=> L'accompagnement :

Toutes les femmes n'ont pas la chance d'avoir leur mari près d'elle ou un membre de la famille ou encore une amie. Mais lorsque vous le pouvez, choisissez quelqu'un dont vous être proche, en qui vous avez confiance.

Il est important d'avoir près de soi une personne que vous aimez, sur qui vous pouvez vous reposer. Rien que cela vous aide à vous décontracter et à mieux gérer la douleur car ce sera lui qui s'occupera de gérer ce qui se passe autour de vous, vous permettant de rester concentrée sur votre travail et votre bébé.

 

=> Les sons :

Nous vivons dans une société ou certains sons peuvent déranger. Or les sons que l'on peut émettre lors d'un travail, pendant les contractions peuvent ressembler aux sons que l'on produit lorsque l'on fait l'amour. Rien que pour cela, beaucoup de femmes se taisent de peur d'être jugées, de paraître ridicules...

C'est dommage car si vous en ressentez le besoin, émettre des sons pendant les contractions, gémir aide à mieux gérer ses contractions. N'hésitez pas à vous exprimer, laissez votre compagnon gérer la réaction d'autres personnes qui vous entourent et laissez votre corps s'exprimer.

Accompagnez votre bébé pendant ce travail en vous libérant et en laissant sortir les sons qui voudraient sortir.

 

=> Le toucher :

On n'ose pas toujours toucher une femme en travail de peur de lui faire mal et pourtant quel réconfort cela peut apporter. Ne serait-ce que de lui prendre la main.

Pour les papas, les accompagnants, n'hésitez pas à touchez votre femme, votre amie. Utilisez vos mains comme un message disant que vous êtes là avec elle, présent. Il ne sert à rien de faire de grand massages aux endroits ou elle a mal (sauf si elle vous le demande) mais touchez la de façon légère et présente, parfois seul ce contact sans bouger suffit à aider de façon importante. C'est un contact qui lui fait savoir que vous êtes là et qui en même temps ne la distrait pas comme pourrait le faire de larges mouvements.

Ce contact immobile ou par léger massage l'aide car est en contradiction avec la tempête intérieure qui la secoue, c'est un port d'attache, une zone de calme et de sécurité à laquelle se raccrocher pour mieux appréhender la prochaine vague.

 

=> Visualiser :

Cela permet de mieux comprendre le pourquoi des contractions. A chaque contraction, essayez d'imaginer ce qu'elle fait, elle fait mal certes mais elle permet au col de s'ouvrir, elle pousse bébé vers la sortie.

Imaginez ces tissus qui n'ont jamais été ainsi sollicités, qui vont s'ouvrir doucement comme jamais ils ne l'ont fait pour laisse passer votre bébé. Imaginez ce qu'ils font, aidez-les à le faire, ouvrez-vous à ce bébé qui descend à chaque contraction.

Même lorsque l'on pense que l'on ne pourra plus le faire, les tissus le peuvent encore. Donnez leur cette permission de s'étirer encore et encore, de s'ouvrir au maximum pour laisser passer votre bébé.

Dites "oui" à chaque contraction, laissez la faire son travail malgré la douleur qu'elle vous procure car son travail est considérable. Imaginez bien tout ce qu'elle fait, visualisez ce qui se passe dans votre corps.

Envoyez la douleur autre part, donner une partie de cette douleur à votre compagnon en pressant par exemple votre ventre sur sa main ou imaginez que la douleur ne se focalise pas que dans votre ventre, qu'elle se propoge dans vos jambes pour soulager votre ventre....

Entre chaque contraction, essayez de visualiser un endroit calme ou vous ressourcez, prenez le temps de vous détendre au maximum, fermer les yeux, reprennez une respiration lente et profonde pour ne pas vous épuiser....

 

=> Bouger :

N'hésitez pas à marcher, vous asseoir, vous accroupir... Ne restez pas immobile dans un lit ou sur un fauteuil. Ecoutez votre corps. Cherchez la position qui vous aide le mieux.

Le mouvement fera jouer votre bassin et aidera bébé à descendre. Instinctivement, vous prendrez la bonne position. Demandez de l'aide à votre mari, à la personne qui vous accompagne mais ne restez pas immobile.

Cela n'est pas toujours facile lorsque l'on se trouve sur une table d'accouchement mais si vous en sentez le besoin, surtout faites-le car rester sans bouger n'est pas une façon naturelle d'être. Même sans être en travail, étudiez la façon dont vous vous comportez sur une chaise lorsque vous y rester longtemps, rares sont ceux qui ne bougent jamais et pourtant rien de particulier ne se passe dans votre corps à ce moment là.

Imaginez-vous maintenant sur votre chaise, en travail avec bébé qui cherche son chemin dans votre bassin, vous comprendrez que le fait de bouger, l'aidera au fur et à mesure de sa descente.

N'hésitez pas à demander à la sage-femme si vous pouvez vous lever malgré le monitoring si vous en sentez le besoin. Vous ne pourrez faire que quelques pas mais déjà cela peut vous aider.

Pour celles qui auront une péridurale, la sage-femme vous demandera certainement de vous mettre dans telle ou telle position pour favoriser le passage pour bébé au fur et à mesure du travail. Preuve qu'il ne faut pas hésiter à prendre la position que votre corps vous demande.

 

=> L'eau :

Voilà un élément qui permet de bien se détendre. Lorsque l'on en a la possibilité, il ne faut pas hésiter à prendre un bon bain chaud. N'est-ce pas ce dont on a souvent envie après une journée chargée et fatigante ? Un bon bain chaud ou une douche pour se détendre.

N'hésitez pas à vous plonger dans l'eau chez vous lorsque vous pensez que le travail commence. Prenez le temps de vous détendre.

 

=> Le repos :

Quel repos me direz vous ? Lorsque l'on est en travail, les contractions s'enchaînent les une aux autres, comment se reposer ?

Ce que l'on oublie c'est que ce n'est que vers la toute fin du travail que les contractions se rapprochent jusqu'au point de ne plus être espacées que d'une minute. Avant elles ne sont là que toutes les dix minutes, les cinq minutes... Or une contraction ne dure en moyenne qu'une minute, par conséquent les phases de repos sont plus longues que les phases de contractions et de douleurs.

Mettez à profit ces phases de repos pour vous ressourcer, prenez le temps de respirer, de détendre vos muscles... Profitez de la présence de votre compagnon, parlez-lui ou concentrez-vous sur son toucher... ou évadez-vous dans un lieu imaginaire où vous trouverez le calme.

Prenez le temps de vous détendre en essayant de ne pas vous crisper en attente de la prochaine contraction. C'est en vous détendant au maximum que la prochaine contraction sera moins douloureuse.

 

Les exercices respiratoires :

La respiration aide bien à se détendre. Lorsque l'on est énervé ou simplement que l'on veut se décrisper, notre première réaction pour se détendre n'est-elle pas de prendre une grande inspiration puis d'exhaler doucement ?

N'est-ce pas sur une respiration consciente que sont basées la sophrologie, le yoga... méthodes nous apprenant à nous relaxer ?

Tout au long de votre travail, vous pourrez en respirant vous aider à mieux gérer toutes ces contractions et les différentes phases du travail.

 

=> Les contractions :

L'exercice consiste à prendre une grande bouffée d'air et à expirer cet air très lentement jusqu'à vider vos poumons au maximum comme si vous souffliez dans une paille. L'important dans cet exercice est de laisser la contraction venir petit à petit sans vous crisper ni lutter contre la douleur. Il faut apprendre à l'accepter. Lorsque la contraction reflux il vous faut l'accompagner de la même façon, en inspirant profondément et en expirant doucement et totalement.

Entre les contractions il faut en profiter et vous décontracter au maximum.

Pour favoriser la descente de votre bébé dans votre bassin, il est possible d'associer à cet exercice respiratoire un autre mouvement : lors de l'expiration plaquez votre dos sur la matelas, ce qui permettra de faire automatiquement une bascule du bassin vers l'avant et de favoriser le passage du bébé.

 

=> Pendant l'expulsion : 

Lors de l'expulsion vous devez donner toute votre force car c'est vous et vous seule qui sortirez votre bébé vers la lumière. Voici un des "exercices" le plus fréquemment demandé.

Lorsque la contraction arrive et que le bébé pousse vous devez prendre une grande inspiration et garder cet air dans vos poumons (et donc ne pas l'expirer !).

Vous devrez prendre les poignets de chaque côté du lit, lever les coudes à l'horizontal et tirer vos bras vers vous.

En même temps il vous faudra pousser vers le bas avec vos abdominaux et non votre gorge comme on le fait souvent. Dans ce dernier cas vous devenez toute rouge et vous ne poussez pas du tout vers le bas.

Pour cela il vous faudra plaquer votre dos contre la table et contracter les abdominaux comme si vous vouliez rentrer le ventre.

Pour vous donner une idée de la poussée que l'on vous demande, c'est la même que lorsque vous allez à la selle. Je sais, ce n'est pas très romantique mais la nature a fait les choses en sorte que l'on connaisse ce qu'il faut faire au moment crucial.

Il existe d'autres méthodes de poussée notamment celle qui consiste à expirer l'air lors de la poussée mais à cet instant c'est la sage-femme ou le médecin qui vous dirigeront lors de l'accouchement.

 

©opyrights Aller en haut de la page    Accueil  |  Conception  |  Grossesse  |  Accouchement  |  Allaitement  |  Contraception  |  Prévention  |  Forum  |  Divers    Aller en haut de la page