Présentation du site et accès à toutes les rubriques. La conception de l'enfant et tout ce qui s'y rapporte. L'évolution de la grossesse L'accouchement : quand ? Comment ? L'allaitement : maternel ou artificiel ? Pages sur la contraception : utile après la grossesse ! Pages sur la prévention en général. Le forum un espace de convivialité pour parler aussi bien de l'attente de bébé que de sa présence. Pages spécifiques sur les sponsors, l'auteur, les copyright et les liens.
Bébé arrive !
 
 -Maternité
 -Arrivée en maternité
 -Le travail
 -L'expulsion
 -Le bébé et la délivrance
 -Les actes médicaux
 -Déclenchement
 -La césarienne
 -La douleur
 -Les suites de couches
 

Mailez-moi pour tout commentaire ou suggestion.

 Les actes médicaux liés à l'accouchement

 Page mise à jour le 01-01-2003

 

La péridurale :

Je ne rentrerais pas dans le débat : faut-il l'avoir ou pas ? Tout dépend de vous, de votre tolérance à la douleur, de vos convictions ou de vos envies. 

Il faut savoir que la péridurale est parfois contre-indiquée : lorsque vos plaquettes sont trop basses par exemple. Dans ce cas l'anesthésiste vous le dira (vous avez toujours une consultation avec lui en fin de grossesse avant l'accouchement). 

Elle ne se fait généralement qu'à partir du moment où le col est à 3 centimètres de dilatation  afin d'être bien sûr que le travail est commencé.

L'anesthésiste commence toujours par une anesthésie locale dans le dos avant d'aller dans l'espace péridural. Il faut savoir qu'à aucun moment il ne touche ou n'atteint la moelle épinière (on en est même assez loin). Par conséquent ne craignez pas les rumeurs diverses que vous avez pu entendre sur la péridurale. 

 

Le monitoring fœtal : 

Il sera toujours présent. Il se compose de deux capteurs que l'on vous met sur le ventre et que l'on maintient avec des sangles. L'un permet de capter le rythme cardiaque de votre bébé grâce à des ultra sons (comme l'échographie) et l'autre permet de capter les contractions grâce à un capteur de pression (lors de la contraction utérine le ventre se durcit et appui sur le capteur). Toutes ces informations sont imprimées au fur et à mesure.

 

L'amniotome :

Il permet à la sage-femme de rompre la poche des eaux. C'est une sorte de longue tige métallique légèrement pointue au bout. La sage-femme le glisse entre ses doigts lors d'un toucher vaginal et "gratte" la poche des eaux y faisant un tout petit trou qu'elle agrandit avec ses doigts. Ce n'est douloureux ni pour vous ni pour le bébé. 

 

L'électrode fœtale : 

Elle permet d'avoir le rythme cardiaque de votre bébé sans passer par le capteur externe du monitoring. On la met souvent lorsque le bébé bouge et que l'on a du mal à capter son rythme cardiaque car le capteur lui ne bouge pas.

C'est un fil relié au monitoring et qui se termine par deux petits crochets plats en demi-cercle qui se fixent sur la tête de votre bébé. C'est barbare allez vous me dire, mais c'est indolore.  Je l'ai fixé sur mon doigt pour être sûre de ne pas faire mal aux bébés lorsque j'en mettais et promis c'est tellement petit que l'on ne sent rien. 

Précisons qu'il est très important pendant le travail de capter le rythme cardiaque de votre bébé pour savoir s'il va bien. 

 

La "toco" interne : 

C'est un petit tuyau que l'on met dans l'utérus pour connaître l'intensité exacte des contractions utérines. Il remplace le capteur externe du monitoring qui ne donne qu'une approximation de leur intensité. Ceci n'est pas douloureux et sa mise en place a lieu lors d'un touché vaginal. On l'utilise rarement et surtout sur des parturientes qui ont déjà eu des césariennes pour être sûr que l'utérus se contracte bien.

 

L'oxymètre fœtal : 

Il n'est pas utilisé partout et ne sert que lorsque le rythme cardiaque de votre bébé se modifie (diminue) et laisse penser qu'il souffre. Cet appareil permet de contrôler que votre bébé a assez d'oxygène dans son sang. C'est un capteur que l'on met en contact avec la joue de votre bébé. 

 

Le PH : 

Il permet également de vérifier le bien être de votre enfant et n'est utilisé que si le rythme cardiaque de votre bébé se modifie et laisse supposer qu'il souffre. 

Il se fait grâce à un appareil qui ressemble à un spéculum, c'est une sorte de cône dont l'une des extrémités est posée sur la tête du bébé. Ensuite à l'aide d'une toute petit lame une petite estafilade est pratiquée sur le crane du bébé et on recueille une goutte de sang que l'on va analyser.

ATTENTION : les deux dernières méthodes ne sont utilisées que si le bébé laisse supposer qu'il souffre. Cela permet de savoir s'il va bien ! (et d'éviter une césarienne). 

 

L'épisiotomie : 

Quel nom barbare ! Elle n'est faite par la sage-femme ou par le médecin que si elle est nécessaire ! (lorsque les tissus sont trop tendus et que l'on sait qu'ils vont se déchirer par exemple).

C'est une incision faite à l'aide de ciseaux au dernier moment. Si vous êtes sous péridurale vous ne la sentirez pas et si vous n'en avez pas, une anesthésie locale sera faite.

Si par le plus grand des hasards cette anesthésie locale n'est pas faite sachez qu'à ce moment vous ne sentez rien car le périnée est alors distendu par la tête foetale et celle-ci vous gêne tellement que vous ne sentez rien.

Sachez également qu'à ce moment là le périnée se distend et devient pratiquement aussi mince que du papier à cigarettes : cela vous empêche de sentir la douleur de l'épisiotomie et a aussi pour effet qu'elle saigne très peu. 

Il faut savoir également qu'il est en général préférable d'avoir une épisiotomie qui sera très bien "recousue " qu'une déchirure qui sera bien plus compliquée à recoudre.

Il est possible de préparer le périnée afin de l'assouplir et de diminuer le risque d'épisiotomie ou de déchirure : un mois et demi avant l'accouchement, avec de l'huile d'amande douce, vous pouvez masser votre périnée après la douche pendant quelques minutes. Pour cela mettez de l'huile d'amande douce sur vos doigts et massez le périnée juste en dessous des grandes lèvres, vous pouvez le prendre entre vos doigts en passant légèrement votre pouce à la limite de l'ouverture du vagin.

 

La ventouse : 

Voilà que nous arrivons à ce que beaucoup de femmes considèrent comme des instruments de torture. C'est vrai qu'ils paraissent impressionnants mais de nos jours ils ne sont pas si terrible que cela. 

La ventouse permet de fléchir une tête lorsque l'on se rend compte qu'elle ne descend pas car elle présente un trop grand diamètre. Elle ne sert pas à tirer sur la tête du bébé ! C'est vous qui poussez ! Elle n'est pas systématiquement utilisée lorsque la tête est mal fléchie, rassurez-vous, mais uniquement si lors de l'expulsion la tête ne descend pas. La ventouse permet donc uniquement d'aider la tête à fléchir et à "guider" temporairement le bébé pendant que vous poussez. 

 

Les spatules : 

Elles ressemblent à de grosses cuillères que l'on met de chaque côté de la tête du bébé. Là aussi, elles ne sont utilisées que si le bébé ne progresse pas pendant l'expulsion. 

Elles permettent de lui faire un passage car elles servent à écarter un petit peu les parois du vagin pour permettre au bébé de passer. Mais là aussi il est impératif que vous poussiez. 

 

Les forceps : 

Ils ressemblent à des cuillères creuses et se mettent aussi de chaque coté de la tête. Ils permettent de tirer le bébé vers nous en même temps que vous poussez. 

 

 

©opyrights Aller en haut de la page    Accueil  |  Conception  |  Grossesse  |  Accouchement  |  Allaitement  |  Contraception  |  Prévention  |  Forum  |  Divers    Aller en haut de la page